A Link Between Worlds

Test

Le grand retour de Zelda dans une aventure inédite sur console portable a eu de quoi surprendre. En effet, A Link Between Worlds s’adresse prioritairement aux vieux de la vieille, ceux qui ne jurent que par Zelda 3, au risque de séduire plus difficilement les nouvelles générations de joueurs qui attendaient désespérément une aventure inédite « full-3D » sur Nintendo 3DS. Décortiquons tout cela ensemble…

Graphismes

Trois minutes de jeu suffisent à planter le décor : tout dans A Link Between Worlds fait écho à A Link To The Past. Les codes de Zelda 3 sont de retour : le jeu se déroule en vue aérienne, sans (ou très peu) de mobilité caméra, et dans des décors très clairement repris de A Link To The Past. Chaque élément, ennemi, personnage, bâtiment, décoration ou objet provient tout droit de l’univers de la Super Nintendo, tout en profitant d’un petit lifting 3D pas désagréable à l’œil, bien au contraire. Même la Carte du monde reprend le cadastre de l’époque ! L’épisode joue à fond la Carte de la nostalgie, et réussit son pari dans le sens où le joueur est agréablement « surpris », minute après minute, de redécouvrir le Hyrule qu’il a connu il y a 20 ans avec une peau neuve.

A cela s’ajoute un lot de nouveaux personnages et lieux, repris d’épisodes plus récents (comme Ocarina of Time ou The Wind Waker) ou tout simplement inédits, que l’on apprécie enfin voir mêlés au monde de A Link To The Past.

Musiques

Que dire de la musique, si ce n’est qu’elle respecte elle aussi le concept du jeu, à savoir reprendre les thèmes de l’époque et les réorchestrer avec de vrais instruments. Si vous aviez apprécié l’OST de A Link To The Past, vous ne pourrez qu’adorer la musique de A Link Between Worlds. Les airs restent en tête, et on attend avec hâte d’entrer dans la deuxième partie du jeu pour redécouvrir l’excellente musique du monde extérieur.

Scénario

Sans trop en dévoiler, vous pouvez vous attendre à une trame scénaristique assez commune, toujours dans le souci de rappeler le troisième opus de la série, mais avec son lot de personnages et ennemis inédits.

Pas de grande surprise scénaristique à vrai dire, si ce n’est un gros point positif : cet épisode vous permet de parcourir les donjons dans l’ordre de votre choix. L’objectif est clair : vous avez N donjons à parcourir, on vous donne leurs emplacement dès le début de l’aventure, et à vous de construire votre feuille de route pour tout terminer. Voilà un aspect qui a beaucoup séduit les joueurs, rendant à la série un certain degré de liberté qu’elle avait un peu perdu ces dernières années.

Gameplay

La prise en main est simple et intuitive, et extrêmement proche de celle des Zelda 2D de l’époque. Toutefois, nous pouvons mentionner quelques nouveautés qui ont été expérimentées dans le cadre de ce jeu et qui concernent la gestion de votre inventaire. Pour une fois, vous n’aurez plus besoin de collecter des munitions pour vos armes : la limitation de vos flèches (par exemple) sera gérée à l’aide d’une jauge commune à tous vos objets, de manière similaire à la jauge de magie bien connue des précédents épisodes. Enfin, notez que vous serez contraints « d’emprunter » certains objets pour une durée limitée, ce qui vous poussera à être d’autant plus vigilants dans votre aventure.

A Link Between Worlds partage les joueurs au premier abord. Le jeu renvoie clairement le joueur à ses souvenirs d’enfants, puisque tout est conçu et pensé pour rappeler l’univers de A Link To The Past.

Les nouvelles générations de joueurs peuvent se sentir déroutés dans un premier temps, pensant à une énième série qui tente de refaire du neuf avec du vieux, comme le proposent régulièrement des jeux tels que Mario ou Sonic pour ne citer qu’eux.

Et pourtant… Force est de constater que le jeu est fortement immersif, bien pensé et bien construit, que l’on prend du plaisir à le parcourir et à en découvrir tous ses secrets. Mention particulière à l’intelligence des donjons proposés dans le jeu, la recette « un donjon = un concept inédit » fonctionne merveilleusement bien, et explore de nouvelles voies toujours plus surprenantes les unes que les autres (gestion des éléments, de la lumière…).

A côté de cela, jeu se parcourt très vite, et ne s’égare pas dans d’interminables quêtes annexes, ce qui peut aussi être perçu comme un point positif selon les joueurs.

Notre note : 17 / 20
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.