Majora's Mask

Test

Sans doute un des épisodes les plus sombres de la saga Zelda, Majora’s Mask n’a pas laissé les joueurs indifférents, que ce soit en raison de son scénario ou encore de son Gameplay. Le jeu s’est même offert plus récemment un remake de toute beauté sur Nintendo 3DS. Décortiquons tout cela !

 

Graphismes

                                                             

Pour évaluer Majora’s Mask, il faut se replacer dans le contexte de l’époque : nous sommes en l’an 2000, la Nintendo 64 a été marquée par le chef d’œuvre Ocarina of Time sorti deux ans plus tôt et arrive désormais à sa fin de vie. Donc inévitablement, face à la concurrence qui lance la nouvelle génération de consoles, Majora’s Mask a un goût de réchauffé : graphismes identiques (ou du moins très similaires) à Ocarina of Time, réutilisation de la majorité des personnages et de l’inventaire du premier opus… Mais néanmoins, il est incontestable que le jeu reste un des plus beaux que la Nintendo 64 nous ait offert : des cinématiques beaucoup plus soignées que l’épisode précédent, des paysages inédits et à couper le souffle, depuis les forêts sauvages jusqu’aux pics enneigés… Notre coup de cœur va tout droit pour l’immense plage avec son océan qui s’étend jusqu’à l’horizon !

 

Le jeu a également permis d’introduire une flopée de personnages charismatiques, dont certains, tels que Tingle, sont devenus des protagonistes récurrents de la saga Zelda.

 

Enfin, notons que le jeu s’est offert une toute nouvelle peau avec sa réédition 3DS. La refonte graphique donne beaucoup plus de dynamisme au jeu, et on se plaît à contempler le détail des paysages, des personnages, ou encore les nombreux effets de lumière, le tout dans l’environnement 3D proposé par la console portable. Un petit bijou !

Musiques

 

Majora’s Mask fait partie de ces Zelda qui nous gâtent avec une bande son originale dont on ne se lasse pas. La grande majorité des thèmes sont des orchestrations inédites, et se sont faits une place parmi les inoubliables mélodies que la saga nous ait offert : de Bourg Clocher, au palais Mojo, en passant par la plaine de Termina jusqu’au temple de la Forteresse de pierre, pour ne citer que ceux-là.

 

Il est important de souligner que les thèmes musicaux sont très différents de ceux que nous avons pu rencontrer jusque-là, et en particulier d’Ocarina of Time. Les choix d’instrumentations confèrent une Ambiance très particulière à ce jeu, et retranscrivent à la perfection cette Ambiance cauchemardesque, psychédélique et apocalyptique très spécifique à Majora’s Mask.

 

Les effets sonores sont par ailleurs très réussis, et nous donnerons une mention particulière aux nombreuses formes que pourra prendre votre ocarina au cours de la partie (cuivres, percussions, guitare…) et qui plaira sans doute aux plus mélomanes d’entre nous !

 

Scénario

 

Le jeu démarre directement après la fin d’Ocarina of time. On retrouve notre cher Link épuisé de ses aventures, qui quitte le royaume d’Hyrule avec Epona, sa jeune monture, à la recherche d’une amie perdue. Rapidement, Link fait la rencontre de Skull Kid, un étrange personnage de la forêt qui a dérobé un masque maudit, et voilà que notre héros se retrouve propulsé dans un monde parallèle à Hyrule, celui de Termina, dans lequel la lune menace de s’écraser sur la Terre !

 

Nous arrivons ici au premier point de rupture entre les fans de la saga. Majora’s Mask se distingue de tous les autres épisodes par son scénario original, très loin des aventures auprès de la famille royale d’Hyrule, et dont l’ambiance est extrêmement sombre. Le terme de « cauchemar » prend tout son sens non seulement à cause de l’ambiance permanente de fin du monde qui se dégage de ce jeu, mais aussi du fait que Link va devoir rester coincé dans un cycle de 3 jours qu’il va revivre sans cesse, jusqu’à la fin du jeu. Flippant, non ?

 

Gameplay

 

A un niveau macro, Majora’s Mask s’imprègne des codes de la majorité des Zelda : 4 donjons à parcourir, un inventaire à compléter pour progresser, et une jauge de cœurs et de magie que Link va pouvoir compléter au fil de son aventure.

 

Néanmoins, les particularités scénaristiques de ce jeu vont le rendre unique. Vous l’avez peut-être compris, toute l’intrigue du jeu va reposer sur la gestion de votre temps. A cheval entre « Retour vers le futur » et « Un jour sans fin », Link va devoir organiser sa quête sans jamais dépasser le chrono des 72 heures, et en ne manquant pas les événements qui surviennent à des jours et des heures très précises : passage du facteur, attaque du ranch, rendez-vous amoureux, etc. Oui mais voilà : en revenant dans le passé vous perdrez la totalité des munitions récoltées ! Il vous faudra donc être vigilant dans votre gestion du temps. Fort heureusement, les objets principaux (reliques et trésors) ne quitteront jamais votre inventaire.

 

Si la majorité de l’inventaire de Majora’s Mask reste somme toute assez classique pour un Zelda (arc, Bombes, Grappin, noix Mojo…), une des principales nouveautés propre à Majora’s Mask réside dans la collecte de masques aux pouvoirs parfois très spéciaux. Vous avez déjà rêvé de nager en crawl tel un Zora, ou bien de dévaler à toute allure des montagnes dans la peau d’un Goron ? Et bien Majora’s Mask va rendre ce rêve réalité ! Voilà une nouveauté qui va ajouter pas mal de piment dans votre quête, et en particulier dans la résolution des énigmes que vous rencontrerez sur votre passage.

 

Un gros point positif à souligner dans Majora’s Mask, est qu’il s’agit d’un des Zelda dans lequel les quêtes annexes sont les mieux articulées. Votre objectif va être de venir en aide à tout un tas de personnages éparpillés aux quatre coins de Termina, et pour ce faire vous aurez à votre disposition un journal qui récapitulera quel jour et à quelle heure il vous faut interagir avec eux pour arriver à débloquer tous les masques et quarts de cœur cachés dans le jeu. Un système intelligent, qui a le mérite de rendre ces missions intéressantes, et qui est correctement dosé pour ne jamais vous lasser.

 

Enfin, la réédition 3DS apporte son lot de nouveautés dans l’expérience du joueur. Nous pouvons citer par exemple l’utilisation du gyroscope pour les séquences de jeu à la première personne (vue panoramique, tir à l’arc, Grappin…), ou encore la présence de PierresSheikahs qui vous viendront en aide en cas de difficulté au cours de votre aventure.

 

Majora’s Mask est certainement l’un des épisodes les plus sombres de la saga Zelda. C’est aussi un épisode qui partage les joueurs en raison de son Gameplay très particulier. Sans nécessairement rivaliser avec les autres opus de la saga, nous notons quand même que le jeu propose un challenge très intéressant, et qu’il vaut le coup d’être exploré à 100% !

Notre note : 17 / 20
Aucun titre en cours
-
-
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.